Un automne renversant

Des couleurs flamboyantes, des lumières dorées et chaleureuses, des tapis de feuilles mortes, des tonalités de jaunes, orangés et bruns … l’automne nous séduit et nous inspire, inévitablement !

C’est à Maulévrier que je suis allée chercher l’inspiration ; ce parc oriental est un site extraordinaire avec de nombreux arbres remarquables et des jardins d’eau, l’endroit idéal par une belle journée ensoleillée ! (un clic sur les images est conseillé !)

J’ai eu envie de mettre un peu de rêverie dans cette vision classique que l’on peut avoir de cette belle saison, alors j’ai pensé que ce serait peut-être amusant de voir l’automne différemment …

Voici ma version renversante et légèrement « impressionniste » de l’automne …

 

 

 

 

 

 

 

 

Bidart

Se poser un instant et contempler le spectacle … le va et vient des vagues, les quelques courageux sportifs à la recherche de sensations, le soleil qui filtre à travers les nuages également en perpétuel mouvement.

Ici, rien n’est figé et on a les yeux qui pétillent à la vue d’autant de beauté.

√  Un clic sur les images est conseillé.

 

 

 

Voir l’essentiel … haïku d’été

Clair et obscur
Des ombres dessinées
Ainsi va l’été

J’ai déjà eu à plusieurs reprises, l’occasion d’évoquer ici l’intérêt que je porte aux haïkus (forme japonaise de poésie permettant de noter les émotions, le moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne)

Il s’agit donc d’un petit poème en trois lignes, simple, dépouillé, délicat, surtout pas intellectuel, mais tout en émotions et sentiment.
Il se veut être descriptif et imagé … et c’est pour cette raison précisément que je trouve intéressant de l’associer à une photo, afin de renforcer l’idée véhiculée par l’image.

J’aime cette forme d’écriture rapide attachée aux détails et à l’infime du quotidien et je m’y exerce autant que possible …

La Canopée, nouveau « décor » au Forum des Halles

Même si elle ne fait pas l’unanimité, la nouvelle Canopée (anciennement Forum des Halles, à Paris), mérite le détour, tout au moins pour son architecture.

Dès mon arrivée, je me retrouve face à un bâtiment aux courbes voluptueuses recouvert d’une imposante verrière qui laisse facilement filtrer la lumière.

 

Après une rapide incursion dans le patio qui fourmille de monde, je me réfugie à l’intérieur du pôle culturel qui regroupe la médiathèque ainsi qu’un espace dédié aux cultures urbaines et au hip-hop.

Clair, lumineux, teintes monochromes … l’endroit, aux formes linéaires, s’avère être très graphique, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Puis, à la nuit tombée et après l’averse, je suis retournée  flâner autour du site espérant ainsi pouvoir bénéficier des effets des éclairages artificiels et des reflets.
En effet, la verrière ayant hérité de quelques défauts d’étanchéité, laisse filtrer l’eau de pluie, ce qui est bien appréciable pour les photographes, mais certainement moins pour les promeneurs 😉

Critiqué par certains, encensé par d’autres, le lieu créé le débat …
En ce qui me concerne, avec mon oeil affûté, j’ai trouvé l’endroit très photogénique !

Et si on revenait doucement à la couleur …

… avec une succession de vues de boutons d’or prises à contre-jour, un après-midi un peu venteux. J’aime bien composer avec le vent et même si ces prises de vue restent très aléatoires, j’essaie de faire du vent un allié pour donner un peu de dynamisme aux images.

Un clic sur la première image de la mosaïque est vivement conseillé afin de pouvoir découvrir les images en plus grand et sur fond noir 😉

J’ai essayé de varier au maximum le cadrage et la profondeur de champ afin de ne pas me retrouver avec des images trop semblables (un vrai travail de contorsionniste !).

Un peu de légèreté et de lumière

Quiconque exerce la photographie avec passion vous le dira, rester motivé et inspiré n’est pas une évidence. Il en découle une sensation un peu particulière entre le désir de faire, d’exprimer, et la difficulté de trouver la manière de le faire … Il ne s’agit pas d’un désintérêt pour le sujet (loin de là) mais peut-être juste d’un peu de paresse pour la pratique.

Heureusement,  la curiosité, l’envie d’observer, d’aller voir ce qui se passe ailleurs est immuable. Et puis, à force de voir des belles images par-ci, par-là, on retrouve un peu de ce dynamisme perdu 😉

Par bonheur, la météo d’hier a daigné nous offrir une matinée enfin clémente. Équipée de quelques bonnettes macro, je décide donc d’aller scruter les belles lumières d’un peu plus près. Ces herbes folles m’ont bien occupée, je suis restée tout un moment à tourner autour, à chercher l’ombre la plus pertinente … et je dois reconnaître que ce bain de chlorophylle m’a fait le plus grand bien !

Un clic sur les images est conseillé pour les faire défiler en plus grand sur fond noir  😉

 

 

… et je constate avec délectation que c’est souvent dans la nature et la photographie rapprochée que je retrouve la motivation 🙂

Décor subaquatique

Il existe des lieux troublants par leur histoire ou leur ambiance, ou peut-être les deux.

Pour certains, lorsque l’on sait ce qu’ils ont été et ce qu’ils sont devenus, on peut affirmer que la reconversion est vraiment réussie ; les bases sous-marines en font partie, je crois.

Tout comme Bordeaux, Lorient, La Rochelle et Brest, Saint-Nazaire fut, durant la seconde guerre mondiale, une des bases  choisies par les Allemands pour  abriter leurs submersibles ; aujourd’hui, elle héberge des lieux culturels et touristiques ; elle est donc fréquemment visitée.

Plus que la vue qu’offre son toit sur le site portuaire, j’ai préféré me balader au gré des alvéoles, dans la pénombre …

nazbase111

Abstraction faite de tout ce que ce lieu chargé d’histoire transmet, l’intérêt photographique est évident : perspectives, reflets, matières, textures, lumières … je vous livre cette atmosphère telle que je l’ai perçue (il est conseillé de cliquer sur les images pour les voir apparaître en grand sur fond noir).

La déambulation à travers les alvéoles nous offre des scènes « underground » à chaque fois différentes. Du béton, de l’acier, de l’eau, de la pénombre … une atmosphère singulière, étrange avec une belle mise en lumière.

Vraiment très impressionnant de marcher entre ces murs immenses et ces bassins !