Les couleurs hivernales du Sancy

En préparant ces quelques jours de détente dans le Puy de Dôme, on s’était dit que l’on aurait peut-être la chance de chausser les raquettes pour fouler les sentiers enneigés  du Sancy … et bien pas du tout ! … il n’est resté que quelques stigmates de cette neige tombée une dizaine de jours plus tôt.

Qu’à cela ne tienne, j’ai aimé crapahuter à travers ces paysages volcaniques parsemés de maintes touches blanchâtres et apprécié ses douces teintes hivernales un peu délavées … (un clic sur les images pour les voir défiler en grande taille sur fond noir)

 

 

Un automne renversant

Des couleurs flamboyantes, des lumières dorées et chaleureuses, des tapis de feuilles mortes, des tonalités de jaunes, orangés et bruns … l’automne nous séduit et nous inspire, inévitablement !

C’est à Maulévrier que je suis allée chercher l’inspiration ; ce parc oriental est un site extraordinaire avec de nombreux arbres remarquables et des jardins d’eau, l’endroit idéal par une belle journée ensoleillée ! (un clic sur les images est conseillé !)

J’ai eu envie de mettre un peu de rêverie dans cette vision classique que l’on peut avoir de cette belle saison, alors j’ai pensé que ce serait peut-être amusant de voir l’automne différemment …

Voici ma version renversante et légèrement « impressionniste » de l’automne …

 

 

 

 

 

 

 

 

Bidart

Se poser un instant et contempler le spectacle … le va et vient des vagues, les quelques courageux sportifs à la recherche de sensations, le soleil qui filtre à travers les nuages également en perpétuel mouvement.

Ici, rien n’est figé et on a les yeux qui pétillent à la vue d’autant de beauté.

√  Un clic sur les images est conseillé.

 

 

 

Diptyques bigarrés

De ma dernière virée, j’ai ramené quelques images colorées …

Je suis donc revenue avec de larges vues de paysages bien évidement mais, comme à chaque fois, mon regard a également été attiré par les couleurs, les matières, les textures … que j’ai aimé isoler avec des cadrages plus serrés.
Révélatrices de l’atmosphère d’un lieu, les façades des bâtiments sont souvent l’occasion de déclencher.

→ Un clic sur les images est conseillé 🙂

À TUDELA, ville d’origine islamique, situé en Navarre, non loin du désert des Bardenas, les ocres et jaunes sont partout et les ouvertures sont souvent protégées par des drapés de couleur. Le métissage est également visible sur les édifices et dans les ruelles.

 

À GUETARY, situé entre Biarritz et Saint-Jean-de-Luz, où que l’on se trouve dans le village, la côte n’est pas loin et la mer est omniprésente, c’est le bleu qui prédomine … parfois associé au jaune, c’est extrêmement gai et énergisant 😉

 

Quant au village d’ESPELETTE avec ses charmantes maisons authentiques recouvertes de piments séchant au soleil, c’est inévitablement le rouge qui domine.

 

J’espère que vous aurez autant apprécié que moi cette balade colorée 😉

Las Bardenas Reales, petit désert de Navarre

Fascinée par la nature et les grands espaces, cet endroit du nord de l’Espagne m’a toujours attirée par son côté insolite et sa proximité.

Ce désert que les espagnols nomment « Bardenas » est, sans égaler bien-sûr les grands déserts africains, un vaste territoire au paysage caractéristique : cabezos (hautes collines), falaises, hauts plateaux, plaines, canyons … il s’agit d’une des principales zones désertiques de la péninsule ibérique : végétation rare, population presque inexistante et routes non carrossables (juste quelques pistes).

Dès les premiers kilomètres, le paysage se métamorphose et le mot « désert » prend toute sa dimension …

 √  un clic sur les images est conseillé !

 

 

 

 

 

 

 

Un p’tit air d’Italie

Oui, je peux dire que je suis tombée sous le charme de la catalane Girona et ses vieux quartiers pittoresques, de sa lumière, ses ruelles et ses maisons aux couleurs ocres …

L’une des possibilités de visiter la ville est de déambuler sur l’ancien chemin de ronde des murailles qui la dominent pour profiter d’un superbe panorama … peut-être même y voir les Pyrénées au loin. Les tours qui marquent le parcours sont de vrais miradors sur la ville et les environs.

Flâner dans les ruelles sinueuses du centre ancien est vraiment très agréable … Girona est escarpée, ce qui n’enlève rien à son charme.

De Cadaqués au Cap de Creus

Cadaqués est un petit village espagnol situé en Catalogne qui, jusque dans les années 50, n’était accessible que par la mer.

Niché entre les montagnes, son église et ses petites maisons blanches, lui confèrent beaucoup de charme. Cadaqués est également le point de départ d’une superbe balade jusqu’au phare du cap de Creus, en passant par la crique de Portlligat où vécu Salvador Dali une grande partie de son existence.

Un clic sur les images est conseillé pour voir les images en plus grand sur fond noir 😉

De Portlligat, on peut accéder au cap de Creus en traversant une réserve naturelle dont le paysage est modelé par la Tramontane. La flore est principalement composée de genévriers, romarins, fougères et de pins, mais on trouve également beaucoup d’oliviers, témoignant du passé agricole de la région.

La côte est parsemée d’îlots, de falaises, de roches aux formes étonnantes ; tout le long du parcours, on trouve de nombreuses criques sauvages aux eaux claires et cristallines, incitatives à la farniente …

Balayé par les vents, le « phare du bout du monde » reste un endroit contemplatif, empreint de mysticisme.

404

Décor subaquatique

Il existe des lieux troublants par leur histoire ou leur ambiance, ou peut-être les deux.

Pour certains, lorsque l’on sait ce qu’ils ont été et ce qu’ils sont devenus, on peut affirmer que la reconversion est vraiment réussie ; les bases sous-marines en font partie, je crois.

Tout comme Bordeaux, Lorient, La Rochelle et Brest, Saint-Nazaire fut, durant la seconde guerre mondiale, une des bases  choisies par les Allemands pour  abriter leurs submersibles ; aujourd’hui, elle héberge des lieux culturels et touristiques ; elle est donc fréquemment visitée.

Plus que la vue qu’offre son toit sur le site portuaire, j’ai préféré me balader au gré des alvéoles, dans la pénombre …

nazbase111

Abstraction faite de tout ce que ce lieu chargé d’histoire transmet, l’intérêt photographique est évident : perspectives, reflets, matières, textures, lumières … je vous livre cette atmosphère telle que je l’ai perçue (il est conseillé de cliquer sur les images pour les voir apparaître en grand sur fond noir).

La déambulation à travers les alvéoles nous offre des scènes « underground » à chaque fois différentes. Du béton, de l’acier, de l’eau, de la pénombre … une atmosphère singulière, étrange avec une belle mise en lumière.

Vraiment très impressionnant de marcher entre ces murs immenses et ces bassins !